Notre patrimoine

Patrimoine en mouvement

Le renouvellement urbain

Améliorer le cadre de vie de l’ensemble des habitants du secteur sud d’Alfortville, tel est l’objectif du Programme de Renouvellement Urbain (PRU). Une convention financière a été signée le 13 février 2009 entre l’État (Anru) et la Ville, en présence d’autres co-financeurs comme Logial-OPH ou encore la région. Il s’agit d’un chantier d’une ampleur sans précédent sur la commune et estimé  à 160 millions d’euros.

 

L’opération concerne trois secteurs : le Grand-Ensemble, Chantereine et l’îlot Saint-Pierre, soit 30% de la population d’Alfortville. A l’issue de l’opération, 543 logements au total auront été démolis pour environ 630 constructions, effectuées au préalable.

 

La partie sud de la ville par ailleurs classée zone urbaine sensible (ZUS) présente un visage hétérogène : des zones d’habitat collectif des années 1950 à 1970, des zones pavillonnaires ainsi que des espaces libres ou encore d’anciennes friches industrielles.


Avec près de 10 000 habitants (sur les 40 000 habitants de la ville), la ZUS d’Alfortville concentre 20 % du parc de logements (dont 40 % du parc de logements sociaux de la ville) sur 15 % du territoire communal.

 

Une zone qui, malgré de nombreux atouts (présence d’une gare RER D, de fortes potentialités d’aménagement...), devait faire face à des contraintes fortes : enclavement, dégradation du bâti, perte d’activité économique. Fermé sur lui-même, la circulation et le stationnement y étaient difficiles et l’OPH ne pouvait plus garantir aux habitants un confort adapté aux modes de vie actuels.

 

Seul le quartier Chantereine prévoit un dispositif de construction-démolition. De nouveaux immeubles, de hauteur plus faible, y ont été construits, des rues créées et un large espace vert aménagé. Les travaux devraient s’achever en 2015. 

 

Les 370 logements de l’îlot Saint-Pierre et de la ZAC Toulon ont pour leur part bénéficié d’une réhabilitation d’envergure. Le secteur a ainsi été désenclavé grâce à une reconfiguration des rues de Mâcon et de Genève. 

 


Enfin, sur le Grand-Ensemble, ce sont 3 500 habitants qui ont pu bénéficier d'un environnement réhabilité. Les opérations de résidentialisation encore en cours amélioreront les espaces publics, la desserte du quartier. Un nouveau centre commercial devrait par ailleurs être créé.

 

Point d’articulation entre les trois quartiers : le secteur Langevin, qui se situe au centre du sud de
la ville, sera, lui, la cible d’un réaménagement global des espaces publics.
 

  • Patrimoine en mouvement - renouvellement urbain
Les Temps Durables est un des premiers éco-quartiers de France à 100 % d'énergies renouvelables

Les écoquartiers

Un éco quartier est un projet d’aménagement urbain qui respecte les principes du développement durable en réduisant son empreinte écologique. C’est un ensemble de solutions adaptées à un contexte local. La gestion responsable des ressources, l’intégration dans la ville existante ou la participation au dynamisme économique sont autant de thèmes qui doivent être pris en compte. Un écoquartier a également un impact social. En effet, il permet de proposer des logements pour tous et de tous types, participant au « vivre ensemble » et à la mixité sociale. Enfin, une concertation est mise en place par les acteurs de l’aménagement pour associer les habitants dès la conception du quartier.

 

Depuis environ quinze ans, Limeil-Brévannes s’est inscrite dans un développement urbain très respectueux de l’environnement. Les Temps Durables est un des premiers éco-quartiers de France à 100 % d'énergies renouvelables. Couvrant une superficie de 10 hectares, ce quartier résidentiel de 1.250 logements occupe une ancienne ballastière, autrefois propriété des Hôpitaux de Paris. 

  • patrimoine en mouvement logial

Le défi de l’énergie

Une norme est un document qui définit des exigences, des spécifications, des lignes directrices ou des caractéristiques à utiliser systématiquement pour assurer l'aptitude à l'emploi des matériaux, produits… Les normes permettent de définir un langage commun entre les partenaires, d’harmoniser les pratiques entre les collaborateurs et d’améliorer en continu les performances.

 

Depuis 2008, conformément au protocole signé avec Cerqual, Logial-OPH respecte un certain nombre d’exigences environnementales lors de la construction de ses nouvelles résidences qui bénéficient de la certification Habitat et Environnement. Cette certification garantit un niveau de qualité technique toujours supérieur à la moyenne des constructions neuves. Par ailleurs, depuis 2010, tout nouveau programme conçu par l’Office répond aux exigences du label BBC (bâtiment basse consommation).

 

Les programmes plus anciens ne sont pas en reste : les opérations de réhabilitation intègrent aussi un volet énergie avec la prise en compte d’équipements qui consomment moins et la mise aux normes des bâtiments pour améliorer leurs performances énergétiques.
Enfin, au-delà de la transformation de son parc locatif,  Logial-OPH multiplie les actions de sensibilisation aux économies d’énergie auprès de ses locataires.

  • defi de l energie